+ 1 (707) 877-4321
+ 33 977-198-888

Galerie Gennaro Telaro - Oeuvres de Gennaro Telaro

Galerie Gennaro Telaro - Oeuvres de Gennaro Telaro

"TELARO Rino (Caserte/Italie), 1950 - ) Peintre et créateur d’installations, de vidéos et de collages. Actif à Marbais. Dès mai 68, l’artiste vit à Paris. Il y restera environ deux ans et participera activement aux mouvements culturels de la capitale française. A l’expérience parisienne succède l’allemande (Munich). Il revient en Italie en 1972 et f"

Gennaro Telaro
Gennaro Telaro
Oeuvres exposées le
Ajouté le 14 septembre 2008
Ajouté le 29 aout 2007
Ajouté le 5 mars 2007
Ajouté le 15 decembre 2006
Ajouté le 15 septembre 2006
Ajouté le 3 septembre 2006
Ajouté le 1 juin 2006
Médias Oeuvres
Thèmes Oeuvres
Styles Oeuvres
Dimensions
Prix
Oeuvres de 1 à 25 (sur 84 au total)


Campo di grano con papaveri rossi

Buon anno



Bikini



All'infinito

Addio Maestro

Acqua e luce

Sans mots

Révéler

Rendre

Régénérer

Recommencez

Quelle chance

Negatif positif

Ne vous laissez pas tromper

Mondo mani

Le voilà, il s'est révelé a vous

Le temps perdu

J'ai vous apporté des bombons

Intrigue

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Sans titre



 

Inviter la personne qui regarde, à faire de l'ordre en elle, c'est l'objectif principal de chaque travail de Rino TELARO. Ses interventions ont été, dans le passé et  aujourd'hui encore, indifférenciées des performances, de la peinture ou des installations. Tout cela peut sembler étrange et plus encore si o observe, que dans l'entièreté des œuvres de l'artiste italien, il utilise les symboles de l'idée de l'ordre tels que des grilles régulières, des angles droits, des symétries, etc… les plus reconnaissables et les plus forts. Ces symboles ne sont pas à la base de chaque œuvre mais là où ils apparaissent, ils nous font comprendre directement leur raison d'être, purement fonctionnels. En réalité, il n'y a rien d'étrange. Ce qui nous conduit à "déraper", c'est l'aveuglement de notre culture imprégnée de violence et de pragmatisme. Un aveuglement car l'idée d'ordre nous amène à penser à quelque chose de régulier et d'égal pour tous. Un principe égalisateur qui humilie l'imagination lui impose de s'adapter à des nécessités plus importantes présumées être dans les schémas abstraits et répétitifs.

L'ordre de TELARO  est une conquête spirituelle, une dévaluation du superflu et une réconciliation avec le centre de la nature. C'est vraiment très proche de la soi-disant "pensée orientale" et de la structure nucléaire constante et reconnaissable de la réflexion philosophico-religieuse qui pour des siècles, traverse et unit doctrine et expérience comme le "taoïsme", le "confucianisme",  le "bouddhisme", le "zen" et même le plus ancien "hindouisme".

Cette explication n'est pas suffisante pour s'approcher de la motivation primaire de la recherche de l'auteur. Nous pouvons, en fait, faire une autre erreur en considérant les propos de TELARO comme un essai pour utiliser des formes de concentration spirituelle élaborées pour d'autres utilisations dans l'ordre pour produire un exemplaire défini comme "objet esthétique", c'est-à-dire une œuvre qui tend vers une fascinante forme de l'absolu, loin des problèmes quotidiens.

L'artiste est fortement intéressé à la contribution critique de l'organisation sociale procurée par un art qui est conscient de ses principes fondamentaux, opposé à la mentalité consommatrice des pays économiquement avancés.

Ce qu'il faut savoir, c'est que TELARO a commencé comme peintre dans la première moitié des années 70 même si en 1976, il a déjà pleinement conscience de la possibilité de jouer sur plusieurs tableaux. Il développera son art pictural parfois de manière complémentaire à l'installation et la performance.

                                                                                                  

 extrait du catalogue de Paolo BALMAS

[Announcement - Gennaro Telaro - 6Ko - 2006]


Auteur et témoin présent de la scène créative de ces dernières années, Rino Telaro ne veut pas vouloir renoncer à ce qui a toujours caractérisé son travail qui  est propre dans le besoin de s'échapper à l'étiquette rigoureuse et aux domaines de recherches exclusives. Performer, body artiste, provocateur et opérateur culturel, il a vécu entre l'Italie, Londres, Paris et la Belgique. Durant les années 70 il embrasse des expériences plus convaincantes et puis graduellement il crée, dans les derniers temps une peinture très décharnée, réduite à des signes et coloris primaires. La démarche employée restait joyeuse et ironique, préférant développer un discours fortement articulé dans la progression des séries de travaux. Le sens de recherche en fait, résulte souvent disséminé dans l'arc d'une succession, plutôt que d'être contraint dans les limites d'une œuvre individuelle. De la même façon il ne faut pas retenir uniquement les choix formels et stylistiques récents excluant et dépassant les autres déjà parcourus dans le passé. Entre le tissu existentiel de la production artistique existe un entrelacement profond. Toutes les expériences traversées constituent l'horizon entre laquelle il faut susciter la recherche actuelle: la peinture ainsi que la performance ou l'installation restaient des possibilités ouvertes et fréquentées. L'artiste réclame souvent la liberté de varier (quand il est nécessaire et sans avertir) ses propres registres expressifs. Les derniers travaux présentés à Potenza, tendraient dans ce sens, sur le signe de la récupération du langage conceptuel ou du ready-made. Ce sont de petits objets, dans la plupart des cas, d'usages communs choisis et récupérés dans le marché pour leur valeur formelle. Sont arrangés d'une façon à provoquer, à l'intérieur du cadre, un jeu inattendu de significations: bouchons, petits outils, vaisselles en plastique, forment de nouvelles compositions formelles et des coloris désormais loin de l'habitude d'emploi. Avec le regard, on se joue à chercher l'idée que l'œuvre cache et révèle, tel que dans un rébus.

Domenico PAPA

[Announcement - Gennaro Telaro - 4Ko - 2006]


TELARO Rino (Caserte/Italie), 1950 - )

Peintre et créateur d’installations, de vidéos et de collages. Actif à Marbais. Dès mai 68, l’artiste vit à Paris. Il y restera environ deux ans et participera activement aux mouvements culturels de la capitale française. A l’expérience parisienne succède l’allemande (Munich). Il revient en Italie en 1972 et fréquente activement les milieux artistiques de Rome et Milan. En 1974 il est en Suisse. En 1976 il est à Londres où il résidera environ douze ans. C’est la période durant laquelle il fréquente des artistes et critiques londoniens (David Medalla, Guy Brett, Caroline Tisdall et Peter Townsend) En, 1991, il rentre en Italie. En 2000, il s’arrête en Belgique. Thèmes de prédilection : l’artiste se plaît à ouvrir une brèche dans les systèmes, à jouer des différences et des oppositions afin d’en reporter les limites. Ex. : lorsque le langage publicitaire côtoie le langage politique et inversement. L’artiste a une préférence certaine pour les lignes : les lignes de fuite aux tracés purs ouvrant les champs du possible, les lignes de renversement créant leurs propres profondeurs, les lignes polyvoques, les lignes-signes, les visages-lignes… la forme côtoie le vide et le vide côtoie la forme si bien que ses tracés nous prennent quelquefois de vertige. A travers ses performances il aura pu interférer la dynamique du champ social tandis qu’ailleurs il revisite l’histoire de l’art dans l’œil du ready-made. L’artiste s’intègre dans une démarche artistique globale qui relève du questionnement. Membre du groupe « artists for democracy ». Dans la presse : « dès 1966 il initie sa pratique artistique. Sans doute son destin d’artiste fut forgé par une toile qu’il avait le loisir de contempler enfant : simplement un point dans les diagonales du tableau intitulé « L’Infini » de Pablo Picasso. Plutôt  que la juger d’un caractère facile Rino Telaro en fut fortement impressionné, il avait découvert  l’espace mental de la peinture et de l’art en général. C’est cet espace qu’il a choisi d’aborder à travers la peinture, mais aussi l’installation, la vidéo, la performance, photo ou collage…Qu’il s’agisse de propositions politiques, ontologiques ou purement esthétiques. Rino Telaro vise toujours le dévoilement d’un espace ouvert. Aussi observe-t-il quelque contradiction à s’enfermer « dans la catégorie de  peintre ou même d’artiste. » (Jean-Philippe Goffaux) Expositions Individuelles : Charleroi, Espace Culture « La Rotonde » 2005, Galerie Weber Wiltz-Luxembourg 2004, L'Equipe Laboratorio Potenza 2002. Expositions collectives : Lagalerie.be Bruxelles 2006, 5ème Biennale d'art contemporain D'Ottignies-Louvain-la-Neuve 2004, Anvers, Campo & Campo 2004, BRF Eupen "Puparuolo" malereien und performance."Rino Telaro und Eric Legrain" Einführung "Marzel Maraite".Live musik « Frankie Rose » 2004, X quadriennale d'arte Roma 1975. Bibl. « Transparences » par Jean Philippe Goffaux « Les Anges de Rino Telaro » d'après Carmine Simeone, traduit de l'Italien par Julia Solimando Les éditions de l'heure 2005, "Segno" n°183 marzo - aprile di Domenico Papa 2002, Flash art true story n° 169 Guy Brett 1993, Flash art n° 105 Gabriele Perretta 1992, Video tape mostra 1 « Museo del Sannio » F. Gallo - P. Balmas 1995, Art Leader n° 29 Carmine Simeone 1995, Catalogue "Io Pinocchio" edit. Arteinvest Italie textes Enzo Battarra, Angelo De Falco et Massimo Guastalla 2003.

[Biography - Gennaro Telaro - 6Ko]






EMAIL- EMAIL- EMAIL- EMAIL- EMAIL- * A