+ 1 (707) 877-4321
+ 33 977-198-888

Galerie Lemock Artist - Oeuvres de Lemock Artist

Galerie Lemock Artist - Oeuvres de Lemock Artist

"Mon parcours artistique a été précédé par une trop longue expérience de communication de masse : la publicité, puis les programmes de télévision ont été mon travail de deux décennies. Penser et dessiner des concepts de commande dont l’objet relève de la vacuité matérielle a fait obliquer ma jeunesse vers des voies pernicieuses. Ces campagnes et ces"

Lemock Artist
Lemock Artist

Traduction de la galerie :
Fine art by Lemock Artist Oeuvres de Lemock Artist Lemock Artist Lemock Artist Lemock Artist Lemock Artist Lemock Artist Lemock Artist Lemock Artist

Les 14 oeuvres de Lemock Artist

RSS feed Lemock Artist

Diffuser l'exposition Lemock Artist sur
Oeuvres exposées le
Ajouté le 8 juin 2013
Ajouté le 2 juin 2013
Ajouté le 1 juin 2013
Ajouté le 23 juillet 2012
Médias Oeuvres
Thèmes Oeuvres
Styles Oeuvres
Dimensions
Prix
Oeuvres de 1 à 14 (sur 14 au total)


Laurencia, the Continental Drift

The Nephilim punishment

Baltica - La dérive des continents

Autopsie d'un suaire

Imposed culture

The words sens

Road passion

Primitive reflexes

Vain promises

Green washing

The end of a yellow dwarf

Disparate walk

The red squar gosts

The Vitruve doupt



EXPOSITION A LA MAISON DES ARTSPLASTIQUES RHONE ALPES? 9 RUE PAUL CHENAVARD 69001 LYON DU 20 JUIN AU 6 JUILLET 2013

Depuis le début de son travail, LEMOCK s’est intéressé à la sédimentation comme puissant marqueur de l’histoire humaine. Les panneaux publicitaires sont pour lui des futurs signes archéologiques qui s’accumulent en strates de couleurs dans une vaine tentative de manipulation.

Aujourd’hui, il utilise ces affiches publiques comme matière première. Elles sont ses formes et ses couleurs, des fragments de réel déchirés et réassemblés dans des compositions abstraites.

Les déflagrations que LEMOCK impose aux images créent une multitude de bouts de réel. Ce sont les pièces d’un puzzle qui vont lui servir à recomposer une nouvelle réalité, dont l’abstraction sera générale alors que le particulier restera potentiellement identifiable. Jouer entre ces deux extrêmes permet de déséquilibrer l’observateur, créé du mouvement dans son regard et le pousse à s’interroger.

Ce sont des collages qui n’en sont presque plus. De la peinture sans pinceaux, et sans tube. Juste du papier imprimé, déchiré et assemblé en fondu,  figeant un mouvement invisible. Au plus prêt de la désintégration, étape nécessaire avant une recomposition, dont l’imagination prend le pouvoir sur la réalité et crée un possible universel.

De même, comme les êtres qui les ont créés, les œuvres de LEMOCK ont une face inconsciente, cachée et impénétrable. Son travail prend en compte cet aspect humain de la vie. C’est pourquoi il inscrit au verso, non visible du spectateur, une trame de mots dans le désordre,  que seule une étude attentive pourrait révéler distinctement.

 
C’est ici l’instinct de l’œuvre qui s’exprime. Un plaidoyer plus énergétique que compréhensif au premier abord, mais qui peut aussi s’entendre comme une palabre de lettres se rassemblant pour se constituer en groupe d’expression arythmique. C’est la résonance du regard qui les transperce. C’est lui qui provoque ce jaillissement de sonorités écrites. C’est aussi les mots, inscrits en miroir, qui donnent l’énergie aux images coté recto.
C’est le privilège du possesseur. Lui seul peut en jouir en privé. Retourner ainsi le tableau, le manipuler dans tous les sens afin de tenter d’en décoder la logique, de chercher à comprendre, à s’interroger, à retourner côté face, vérifier….


C’est donc des œuvres recto verso, visibles et non visibles, qui ne peuvent jamais se regarder totalement, les deux faces en même temps. Un reflet de ce que nous sommes, offerts et dissimulés.

 

[Announcement - Lemock Artist - 4Ko - 2013]


Nous avons le plaisir de vous inviter au vernissage de l’exposition

de

Laurent Chomel dit LEMOCK

 

Le vendredi 16 novembre 2012 à partir de 18 heures

 

Galerie « ENTREE LIBRE »  30, rue de la République    Tournus

Ouvert tous les mercredis et samedis de 15h – 19h

 

 

Le travail de Lemock s’apparente à un besoin vital de reprendre le contrôle de nos propres vies, mises à mal par un envahissement pictural généralisé. Cette profusion d’images publicitaires tend à orienter nos chois et désirs à notre insu. 

Par l’arrachage, le déchirement et la recomposition libre, la technique du collage permet de se déconditionner de ce pouvoir grâce à des tableaux non figuratifs, constitués de fragments d’une certaine réalité.

[Announcement - Lemock Artist - 2Ko - 2012]


Mon parcours artistique a été précédé par une trop longue  expérience de communication de masse : la publicité, puis les programmes de télévision ont été mon travail de deux décennies. Penser et dessiner des concepts de commande dont l’objet relève de la vacuité matérielle a fait obliquer ma jeunesse vers des voies pernicieuses. Ces campagnes et ces diffusions m’ont progressivement retourné le cœur tant j’y constatais de fausses raisons culturelles masquer le résultat insidieux qu’elles véhiculaient.

J’ai vu aussi les villes et les banlieues se faire recouvrir progressivement d’images commerciales, participant ainsi à la marchandisation des existences qui les croisaient du regard. Les résultats à l’appui, les professionnels de ces professions fond leur miel des conséquences méthodiquement observées, disséquées et vantées. L’utilité de cette pollution visuelle leur est évidente : « Vendre du temps de cerveau disponible » pour mieux faire pénétrer les messages manipulatoires de ces images.

Cette petite musique invisible s’immisce comme des ultrasons entre nos neurones. Elle est invisible parce qu’elle submerge nos paysages et disparaît dans une factice normalité. Mais elle est sonore car nos apprentissages des signes nous incitent malgré nous à en déchiffrer le sens facial. Chaque pancarte agit comme une petite bouche désespérée, prisonnière de son maître, lançant son petit cri dans l’espace public. Désespérée car elle sait sa vie artificielle et sommaire.

Chaque battage est effacé par un autre, qui sera très vite englouti par le suivant. Tous se superposent les uns sur les autres, et se bâillonnent mutuellement. Une voiture prend la place d’une boite de conserve qui se transforme en produit financier pour muter à l’infini en un produit quelconque.

Ces couches successives ne disparaissent pas pour pourtant. Elles sont matière et couleurs. Elles s’entreposent dans l’obscurité du recouvrement. Pourtant, elles sont encore les témoins de leur fugacité, une sédimentation picturale qui révèle un temps signifiant bien précis. Soumise aux éléments naturels et synthétiques, une désagrégation s’opère légèrement. La structure chimique se fragilise, l’éclat s’altère, les pixels se déchirent mais l’ensemble reste cohérent. Il est uni dans son histoire et y participe à sa manière.

M’éloignant progressivement de cette activité qui me rendait mal à l’aise, je me suis intéressé à la sédimentation comme puissant marqueur de l’histoire terrestre. Vu d’avion, les paysages perdent leur forme figurative, et l’abstraction qu’ils proposent aux voyageurs attentif et rêveur, compacte la temporalité géologique. Que reste-t-il des traces humaines à 8000 mètres d’altitude ? Ce sont les croutes terrestres qui se chevauchent, les montagnes qui se froissent et s’usent aux vents millénaires. L’usure des roches par les fleuves, les masses, les volumes, les énergies submerge toute tentative de vie, ramenée à la taille du pixel, invisible soldat d’un Tout qui le dépasse.

Là, commençait pour moi le vrai travail de création. Avec la volonté d’un archéologue creusant la terre pour en faire ressurgir ce qu’elle avait enfoui avec le temps, je me suis mis à reconstituer des strates picturales s’effaçant les unes les autres pour disparaitre dans les restes des suivantes. Les hiéroglyphes s’effondraient sous les peintures perses, elles même dissoutes dans la représentation moyenâgeuse du divin, fracturée par les scènes épiques du 18ème, enfouies ensuite par un impressionniste bucolique, effacé aussitôt dans les traits abstraits et provoquant d’un tableau conceptuel. Ce magma devenant en lui-même une œuvre unique, témoin visuel d’une histoire humaine qui a perdue ses acteurs principaux. Des montagnes de mots se formaient alors de ces froissements désordonnés. Ils semblaient exprimer des sons, résultats des puissances en action. La terre se mettait à parler ! Visuellement s’entend. Elle exprimait par ses formes, l’énergie qui la traversait.

Puis m’est apparu la nécessité de cicatriser mon passé publicitaire. Les panneaux foisonnant partout envoient un petit bouillonnement parasite qui s’immisce doucement dans la rétine des passants. Il agit à notre insu et en dit plus long qu’il ne croit. Outre les petits messages qu’il est sensé délivrer, c’est un révélateur du fonctionnement de notre monde qui se révèle par ce biais : Quel goût, quelle couleur, quels objets, quelles idées, quelle direction, quelle vitesse, quel prix… veut-on nous vendre par ces afficheurs ?


Accéléré, ce mouvement trouverait un écho dans le grand mouvement universel. II pourrait être interprété comme une tentative désespérée de communiquer. Comme si la survie de notre société dépendait de ce ballet coloré et intrusif.

Au fil du temps, l’espace en deux dimensions n’est pas entamé, mais le volume lui s’accroît, millimètre par millimètre. Cette croûte de papier n’est pas si différente que la croûte terrestre. Elle révèle à sa manière son tout petit périmètre. Celui de jours et semaines organisés par les humains et fabriqués par eux. Mais la vie est faite de petites choses. Et c’est ensemble et rassemblés que ces détails montrent leur force.

Alors, il est temps pour moi d’y apposer ma touche et de faire dévier le cours de leur histoire. Non, vous ne serez pas uniquement les figurants d’un film qui ne vous appartient pas. Oui, vous allez devenir les outils et la matière d’une récréation festive, jouant avec vous comme les pinceaux avec leur palette. La matière de ma création sont les affiches publicitaires. Elles sont mes formes et mes couleurs, les lettres et les signes qui s'inscrivent à l'intérieur, et dont le signifiants est déconstruit par bribes pour être réinterprétés à leur insu. S'approprier cet espace pictural imposé pour le disloquer et le réinventer est une arme nécessaire pour se désintoxiquer de ce trop plein d'informations visuelles.

[Biography - Lemock Artist - 8Ko]


  - World is Fragments Document Page de Lemock Artist
LEMOCK is an artist who uses posters as raw material for his creations. By decomposing them into figurative fragments then by recomposing them, it shifts the point of view towards an abstraction which seems to penetrate the matter. An introspection which is read on the both sides of the work, and the words of the back are the images energy of the v
[Page - Lemock Artist - 1Ko - 2013]


  - My artistic career was preceded by too long experience of mass communication: advertising then television programs were my work of two decades. Think and draw control concepts which recovers the material vacuity turn my youth towards pernicious ways. These campaigns and these broadcastings gradually turned me the heart down so much because I notice...
[Biography - Lemock Artist - 7Ko - 2013]


  - Pictorial sedimentation : Advertising, abounding in our cities, emit a small parasite vision that bubbling slowly in the retina of passersby. It proceeds unconsciously and signified more than it seems to. Besides the small messages it is supposed to deliver, this is an indicator of how our world works. what taste, what color, what objects, what ide...
[Biography - Lemock Artist - 8Ko - 2012]








EMAIL- EMAIL- EMAIL- EMAIL- EMAIL- * A